Whisky: L'art de Mizunara

Whisky: L'art de Mizunara

Le whisky Japonais connait une popularité grandissante rarement vue au sein de l’univers des spiritueux. Avant les années 2000, il aurait été surprenant de trouver une bouteille au-delà des frontières du Japon, à l’exception des caves d’amateurs éclairés bien sûr.

Même si le pays du Soleil-Levant fabrique du whisky depuis la fin du XIXe siècle, la croyance générale veut que tout whisky fabriqué en dehors d‘Écosse ne soit qu’une pâle imitation. Mais en 2001 tout a changé avec la sortie sur le marché du single malt Yoichi 10 ans d‘âge de Nikka qui a remporté le prix Best of the Best (en VF le Meilleur des Meilleurs) lors de la cérémonie organisée par Whisky Magazine qui se tient annuellement. Depuis, l’essor du whisky Japonais et son image n’ont jamais terni.

Le groupe Suntory, géant de la boisson connu, entre autres, pour Hakushu, Hibiki et Yamazaki est la marque qui en a le plus bénéficiée. Fondée par Shinjirō Torii en 1899, la compagnie a vendu son premier single malt en 1929 avec l’aide de Masataka Taketsuru, familier de la production de Scotch à Glasgow et Strathspey, et futur fondateur de Nikka.

En tant que maison fondatrice du whisky japonais, Suntory a donc un héritage important, qui ne peut être maintenu qu’en innovant et en affinant constamment son art de l’assemblage. Avec l‘édition Yamazaki Mizunara 2017, c’est un nouveau défi que la marque cherche à relever.

Mizunara, un chêne japonais rare, est utilisé par les distillateurs depuis les années 1930. Un bois dont la réputation est d‘être peu malléable et poreux. Clairement pas les meilleures caractéristiques pour assurer une bonne maturation du whisky – qui dure trois ans minimum. Et pourtant, la plupart des whiskies japonais sont gardés en fûts de bourbon ou de sherry puis transférés dans un tonneau en Mizunara car ses saveurs distinctives sont très apprécies.

Dans ce contexte, Suntory affirme être parvenu à maîtriser l’art de créer des tonneaux de Mizunara. Et l‘édition de 2017 qui sera bientôt révélée est sa “création la plus exquise à ce jour” affirme la marque. Celle-ci est un mélange d’une sélection de whiskys single malt vieillis exclusivement en fûts de mizunara pendant un minimum de 18 ans. Cette maturation, particulièrement longue, confère au liquide des notes épicées et d’encens qui le démarque des autres selon Suntory.

Shinji Fukuyo, master blender chez Suntory, explique de manière poétique le travaille qui se cache derrière le 2017 : “Révéler l‘âme de ce whisky, qui est au coeur de l’art du mizunara, c’est avoir les sens exacerbés et le palais éveillé, être investi dans un voyage arômatique peuplé de saveurs inédites. C’est comme un moment d‘épiphanie.”

Ayant été mis en fût un an avant le grand moment du whisky japonais en 2001, le Yamazaki Mizunara 2017 vient célébrer le succès ininterrompu de la marque depuis cette année là. Présenté dans un coffret en bois fabriqué à partir de fûts Suntory recyclés, le Yamazaki Mizunara 2017 Édition est maintenant disponible auprès de certains détaillants au prix de 1 130,43 euros (avec 48% d’alcool). Prix à la vente en détail.

Texte original: David Taylor
Suivez David @davidrstaylor
Traduction: Living it